Approche tissulaire de l'ostéopathie

Philosophie ou science ?

Vous envisagez beaucoup l’aspect spirituel des choses. Cela ne risque-t-il pas de nous couper du monde scientifique, et de nuire à l’ostéopathie ?fleche-h

Oui, cela est possible. Mais je ne vois pas l’ostéopathie comme une science. Je la vois comme un art.
Ici, en quoi consiste l'art ? Eh bien en partie au moins, à concilier les aspects matériels et les aspects spirituels du vivant et de l'humain.

En tant qu’homme, en tant que philosophe, et à coup sûr en tant qu’ostéopathe, je ne puis m’empêcher de constater que l’humain vivant ne se limite pas à quelque chose de matériel.

Dans ces conditions, pourquoi se limiter à cet aspect des manifestations de la vie ? Il est vrai qu’à partir du moment où l’on s’intéresse à la vie en tant que cause et non pas seulement à ses manifestations, la recherche échappe au domaine scientifique, en tout cas telle qu’on l’envisage aujourd’hui. En revanche, même en reconnaissant à la vie une origine non matérielle, il me semble évident que l’on peut aborder son étude de manière rationnelle. C’est en tout cas ce que j’ai essayé de faire.

Quant à la nuisance possible pour l’ostéopathie, la question peut se retourner : l’approche aujourd’hui considérée comme scientifique est particulièrement réductrice. Le courant bio-médical actuel nous montre un exemple bien peu enthousiasmant. En limitant notre point de vue à l’approche scientifique, ne nous empêchons-nous pas d’étudier la chose essentielle : la vie ?

Nous pouvons envisager matériel est spirituel comme les deux pôles extrêmes d'un couple. Et donc appliquer une fois encore, notre concept d'actualisation - potentialisation. À chaque fois que j'actualise un des deux pôles, je potentialise d'autant l'autre. Actualiser comme on le fait aujourd'hui de manière outrancière le pôle matériel (scientifique donc) potentialise d'autant l'autre (le philosophique et le spirituel). Mais la vie est faite deux. Ainsi, se cantoner volontairement à un seul des deux est malsain. Notre société qui ne voit que le matériel est malade. L'approche ostéopathique propose d'autres alternatives bien plus enthousiasmantes...

J'aimerais rappeler cette citation de Kirshnamurti : « Ce n’est pas gage de bonne santé que d’être bien intégré dans une société profondément malade. »