Approche tissulaire de l'ostéopathie

Franck Garçon

 franck2_photo48 Grande Rue — F34150 GIGNAC edit
Tel : 33 [0]467 577 226
Tel : 33 [0]620 560 923

J’ai commencé ma formation d’ostéopathe (plein temps) au Collège Ostéopathique de Provence à Marseille en 1992. J’ai rencontré Pierre Tricot, venu présenter l’approche tissulaire,en   1994.
Particulièrement intéressé par l'approche et la personne de Pierre, j'ai suivi, tous les ans chacune de ses intervention a Marseille puis, après mon clinicat en 1997, à Granville

Une philosophie de la vie

J’ai souvent entendu certains de mes enseignants dire que l’ostéopathie, plus qu’un métier, est une philosophie de vie. Pierre en parle peu mais il l’incarne très bien.
Convaincu que l’on apprend plus au contact des gens que dans les livres, j’ai, pour élaborer mon mémoire de fin d’études ostéopathiques, intitulé Ostéopathie et compagnonnage, entrepris une sorte  de tour de France afin de visiter et de regarder travailler le plus de confrères et de consœurs possible. Bien que difficile, cette expérience fut pour moi fort enrichissante. J’en ai tiré une double conclusion :

  • la technique importe peu ; l’intention et les paramètres de mise en place comptent beaucoup plus ;
  • on ne devient pas bon ostéopathe en travaillant seulement sur les autres mais également et je dirai maintenant, surtout sur soi.

Dans mes débuts professionnels, ma pratique était essentiellement structurelle, puis, assez rapidement, je me suis orienté vers un travail de nature tissulaire dans la lignée de ce que propose Pierre Tricot. Je trouve cette manière de travailler plus cohérente (notamment par rapport au concept de globalité), plus stable dans le temps, plus fiable, plus juste aussi et enfin, beaucoup plus simple.

Partager

Devenir co-animateur me donne l’occasion de contacter plus d’ostéopathes venant d’horizons différents, riches de leur expérience et de leurs interrogations.

J’aime les questions d’autrui parce qu’elles m’aident a répondre aux miennes et m’imposent une remise en question, m’obligeant ainsi à reconsidérer ma formulation, mais aussi mon point de vue. Je me rends compte que j’apprends finalement plus de mes échecs que de mes réussites.
De plus, ce partenariat me permet de rester en lien avec Pierre qui tente de transmettre une ostéopathie reliée à la source. Je ne puis affirmer que je pratique une osteopathie proche de la source. Sur le plan philosophique, je le pense, même si, sur le plan pratique, elle semble differente de celle proposée par Still dans ses écrits. Je me sens, ainsi que pour la pratique tissulaire, plus proche de l’ostéopathie de Rollin Beker. C’est ainsi que la recherche du Partenaire Silencieux devient pour moi comme la quête d'un graal.