Approche tissulaire de l'ostéopathie

Livre : Manuel de principes de l’ostéopathie

Index de l'article

 

1903 ! Quel peut bien être l’intérêt de traduire et de proposer à la publication un ouvrage aussi ancien sur l’ostéopathie, alors que tant de choses ont été découvertes depuis dans tous les domaines sur lesquels elle se fonde : anatomie, physiologie, pathologie, etc. et dans l’ostéopathie elle-même ?

J’ai longtemps pensé, moi aussi, qu’ainsi s’intéresser à l’ancien était inutile et témoignait plutôt d’un refus inconscient d’évoluer, jusqu’à ce que je découvre et traduise Still et me rende compte à quel point nous étions coupés de nos sources et des concepts fondamentaux, au point d’assister à de nombreuses dérives auxquelles on n’hésite pas à donner le nom d’ostéopathie, alors que manifestement, il ne s’agit pas du tout de ce que proposait Still, quand il ne s’agit pas d’une pure et simple trahison. De plus, en traduisant Still et en découvrant son histoire, j’ai découvert un être dont je ne soupçonnais pas l’envergure, d’une rigueur morale est surtout éthique (une cohérence) dont l’ostéopathie aurait aujourd’hui le plus grand besoin.

Pourtant, même si cette découverte m’a conduit à modifier ma position quant à « l’ancien, » certaines informations glanées à la lecture de ses ouvrages ou de certains parlant de lui (notamment Trowbridge), m’ont encore détourné de l’idée de m’intéresser aux « vieux grimoires. » En effet, selon Trowbridge, Still lui-même s’était montré très critique vis-à-vis des ouvrages publiés de son temps par d’anciens étudiants de son école, notamment Elmer Barber, Carl McConnell et quelques autres : « Certains auteurs, essayant d’écrire des manuels d’ostéopathie fidèles à Still, s’écartèrent de la pureté originelle de l’ostéopathie qui se gardait de rien ajouter au déploiement des vérités et des lois de la Nature. Le premier livre traitant de la technique ostéopathique, Osteopathy Complete (Toute l’Ostéopathie), écrit par Elmer Barber en 1898, était un guide illustré sur comment traiter par soi-même. Carl McConnel, un praticien ostéopathe moins sujet à caution, publia en 1899 The Practice of Osteopathy (La Pratique de l’ostéopathie). Still ne fut pas du tout satisfait du livre de McConnel, regrettant que l’essentiel soit tiré des « anciens auteurs médicaux, » et le considérant comme « la faillite totale d’un ostéopathe. » [1] Trowbridge nous dit d’ailleurs que cette insatisfaction poussa Still à écrire lui-même afin de délivrer un message qui satisfasse à ses conceptions de l’ostéopathie. Ainsi sont nés Autobiographie (1897) Philosophie de l’ostéopathie (1898) et Recherche et pratique (1910). L’origine de Philosophie et principes mécaniques de l’ostéopathie (1892-1902) est plus controversée.