Approche tissulaire de l'ostéopathie

Foie et mécanisme crânio-sacré

pdf_button Et pourquoi le foie ?

phase 1 01

Dans les stages d’approche tissulaire, nous présentons la technique hépatique comme un point clé du modus-operandi. Cette technique s’indique, lorsque la compression occipitale, dérivée de la compression du quatrième ventricule de l’approche crânienne classique et indiquée par la perception d’une système verrouillé, dense et impénétrable, ne produit pas les résultats escomptés, c’est-à-dire le relâchement et la libération du système crânio-sacré.
Le cheminement qui a conduit à cette manière de faire a été empirique : après bien des tâtonnements et des essais, c’est la manière de pratiquer qui a, le plus constamment, donné le résultat recherché : libérer le système pour le remettre en communication avec lui-même et avec son environnement (phase 1).

En 1998, Claire Aymeric, qui participait alors aux stages d’approche tissulaire, intriguée par la démarche et interpellée par le manque de réponses anatomo-physiologiques permettant d’expliquer pourquoi cela fonctionne ainsi, a décidé d’en faire son sujet de mémoire de fin d’études ostéopathiques : Le foie influence-t-il l’axe crânio-sacré ?
Cela fait bien longtemps que je promets aux étudiants des stages d'approche tissulaire de publier sur le site au moins un résumé de ce mémoire. C'est finalement Florence Gruszczynski, elle aussi intéressée par cette question, qui s'y est collée, reprenant les points clés de ce mémoire pour vous les présenter.

But de l’étude
Dans son introduction, Claire Aymeric nous dit que ce protocole amenant à travailler la région hépatique lorsque le système est « verrouillé » lui a permis d’entrevoir plus précisément la qualité holistique de l’approche ostéopathique et d’intégrer l’approche viscérale dans la pratique ostéopathique, amenant dans sa pratique un « déroulé », une méthodologie cohérente : « À partir de ce moment, le système viscéral ne fut plus pour moi un moyen d’établir des critères d’exclusion ou un diagnostic différentiel à travers une solide anamnèse, ni un moyen d’agir sur un segment de mœlle épinière qui a créé un adhérence dure-mérienne (J-L Payrouse), ni un système permettant d’apporter un supplément d’harmonie ou de confort dans un équilibre postural. Il est devenu pour moi un des claviers de ‘ l’orgue corporel, ’ voire une clé libératrice essentielle dans certains types de schémas posturaux, bien souvent liés à des difficultés d’ordre psycho-émotionnel. »
Le but de l’étude est d’analyser le foie sur ses différents axes (mécanique, neurologique, circulatoire et embryologique) et d’établir les possibles influences de ces axes sur l’axe crânio-sacré.
La seconde partie du mémoire était constituée par un protocole d’étude sur l’influence libératrice du foie sur les axes crânio-sacrés denses. Cette partie n’est pas reprise ici.

L’étude
L’étude elle-même s’est proposée d’étudier les liaisons du foie avec le reste du système corporel au niveau anatomique/mécanique, au niveau circulatoire et hormonal, au niveau nerveux et enfin, au niveau embryologique.

L'axe mécanique

− Les connexions ligamentaires du foie
− La masse abdominale
− Les relations avec la dure-mère

L'axe Neuro-végétatif
L'axe circulatoire et hormonal

− Le sang portal

L'axe embryologique
Conclusion
Bibliographie

Si vous êtes intéressé(e) par ce résumé, vous pouvez le télécharger en format PDF pdf_button