Approche tissulaire de l'ostéopathie

Tenségrité

Index de l'article

Pour conclure

Pour tout ce qui concerne la macro mécanique du système corporel, on peut sans doute appliquer en grande partie les concepts de « mécanique ordinaire » de leviers rigides articulés sur des axes. Mais pour ce qui est de la micromécanique, ce modèle ne convient plus. La tenségrité semble nettement plus appropriée pour établir une relation plus juste avec les tissus corporels, pour les rencontrer dans leur réel plus subtil. Ce modèle se vit dans la plasticité, que l’on peut assez facilement atteindre ou en tout cas ressentir avec les paramètres objectifs de la palpation tissulaire, notamment la densité et la tension, mais aussi en acceptant de modifier son état de conscience en descendant vers la conscience de type alpha.

Mais rappelons-nous qu’il s’agit de corps vivant, donc de biomécanique. À la mécanique, si subtile soit-elle, il convient d’ajouter tout ce qui est spécifique au vivant (bio), pour nous, la conscience que Still et Sutherland ont nommée plutôt esprit organisateur (mind) et esprit de vie ou souffle de vie (spirit). [5] Ces paramètres, subjectifs, nous les gérons avec la présence, l’attention et l’intention. Ainsi, avec ces deux volets, la mécanique subtile (tenségrité) et la vie (conscience), le modèle d’approche tissulaire de l’ostéopathie semble tout à fait apte à permettre la rencontre avec le système corporel vivant de nos patients pour dialoguer avec lui et l’aider dans ses tentatives pour retrouver et maintenir la santé.