Approche tissulaire de l'ostéopathie

Le partenaire silencieux de Rollin Becker - Abandonner l'ego

Index de l'article

J’aime mon travail et suis reconnaissant de pouvoir l’accomplir. Cela n’a finalement rien à voir avec personne d’autre, mais c’est une chose merveilleuse que d’avoir la possibilité de se rappeler qu’il faut contacter son Partenaire Silencieux et s’en remettre à lui encore et encore. Voilà la possibilité que représente tous les cas que je vois. Et c’est une excellente chose.

Lorsque je ressens de la satisfaction pour un cas, cette émotion vient de mon ego, de mon esprit avec un petit « e ». Alors, mon esprit intellectuel commence à analyser en disant : « Voyons, maintenant, j’ai fait ceci et cela à tel moment et j’ai obtenu tel résultat. » Et vous n’en finissez pas d’analyser tout ce qui s’est produit et a pu contribuer à faire que la chose soit comme ci ou comme ça. Mais à la racine, dans le fond, la structure anatomophysiologique n’est rien d’autre qu’une masse de cellules qui vont en flexion/rotation externe et extension/rotation interne, dix fois par minute, et ce sont elles qui font l’essentiel du travail. Vous avez la gentillesse de les démêler une fois de temps en temps, sans avoir pour autant le moyen d’analyser comment cela c’est produit. De toute manière, c’est de l’histoire passée. Maintenant, c’est un humain nouveau et c’est un nouveau jour et nous sommes supposés vivre dans le présent. Alors, pourquoi être émotionnellement satisfait de quelque chose qui est déjà réalisé ? Quel est le prochain objectif pour cet homme ?

Par ailleurs, en étant émotionnellement satisfait et heureux lorsque vous réussissez, vous vous placez du même coup dans la désagréable position d’être frustré et déçu lorsque vous ne réussissez pas. Vous préparez un bloc d’énergie contre lequel il vous faudra lutter. Finalement, ne le faisant pas se produire lorsque c’est bon, vous ne le faites pas se produire non plus lorsque ce n’est pas bon.