Approche tissulaire de l'ostéopathie

Livre : Philosophie de l'ostéopathie

Index de l'article


Philosophie aujourd’hui

À la lecture de Philosophie de l’Ostéopathie, nul doute que nous serons souvent déroutés. Tel fut le cas de William Smith, lorsqu’il visita Still pour la première fois et que celui-ci lui parla d’ostéopathie. Smith sut adopter une attitude juste d’observateur : « Laissez moi vous dire que l’ostéopathie ne peut être évaluée que par un esprit clair et sans préjugé. Si un homme, un médecin, vient à Kirksville et entend ce qu’il entendra tout en raisonnant à partir de ce qu’il a appris dans une école médicale, la seule conclusion possible pour lui est que l’ostéopathie est une tromperie et une illusion, une gigantesque foutaise destinée à extorquer tous les mois des centaines de dollars aux malades et aux affligés. Mais, si l’investigateur se donne la peine d’approcher le problème comme s’il n’y connaissait rien (et quatre années d’expérimentation de l’ostéopathie, me permettent d’affirmer que les docteurs n’y connaissent pas grand chose), de ne rien accepter pour acquis, de n’accepter aucune déclaration pour ou contre l’ostéopathie, mais de se contenter d’interroger une douzaine de patients en les considérant comme des hommes et des femmes sensés et non comme des hystériques, prêts pour l’asile d’aliénés ou comme des menteurs patentés, alors, s’il est homme honnête, il devra conclure, comme je le fis, qu’il existe encore des choses dans l’art de guérir qui ne sont pas connues de la profession médicale. » (Schnucker, 1991, 75).

Si nous parvenons à réajuster ce décalage relié à l’époque, il est merveilleux de constater que la philosophie de l’ostéopathie demeure aujourd’hui valide, totalement. C’est elle qui jaillit et que nous découvrons à chaque page de cet ouvrage.

Philosophie et principes mécaniques de l’ostéopathie

Pour être complet, nous ne pouvons parler de Philosophie de l’ostéopathie, sans évoquer un autre livre de Still, Philosophie et principes mécaniques de l’ostéopathie. Comme l’indique la date de copyright, ce livre a été écrit en 1892, époque de la création du collège de Kirksville. Bien que Still n’en dise mot, il est à supposer qu’il lui assignait une place importante dans l’enseignement et la propagation de l’ostéopathie naissante. Cependant, ce livre ne fut publié, nous dit Carol Trowbridge (1999, 249), qu’en 1902 puis mystérieusement retiré, sans explications. Il fut republié en 1986 par Osteopathic Enterprise à Kirksville Mo.

Cet ouvrage porte bien son nom : il rassemble la présentation philosophique, correspondant à ce qui est développé dans Philosophie de l’ostéopathie et l’exposition des principes mécaniques appliqués aux différentes régions du corps, notablement raffinés dans Recherche et pratique. Dans le présent ouvrage, seront notés les corrélations entre Philosophie et Philosophie et principes mécaniques de l’ostéopathie.

Leur lecture montre que des parties entières de ces deux ouvrages se retrouvent presque textuellement dans Principes mécaniques. Seule la première partie du chapitre 11 appelé Biogen, semble vraiment originale. Comme il s’agit vraiment de philosophie et que par ailleurs la traduction française récemment parue ne m’apparaît pas satisfaisante, j’ai volontairement ajouté le chapitre Biogen à la fin du présent ouvrage.

Il me semble ainsi présenter l’ensemble des concepts philosophiques développés et publiés par Still.