Approche tissulaire de l'ostéopathie

Livre : Philosophie de l'ostéopathie

Index de l'article


Notes

1 William Smith : Diplômé de l’université d’Édimbourg en 1889, également détenteur de certificats du collège royal de médecine d’Édimbourg, du collège royal de chirurgie et de la faculté de médecine et de chirurgie de Glasgow. Il avait émigré aux USA et vendait du matériel chirurgical. Poussé par les médecins qu’il démarchait, il rencontra Still à Kirksville avec l’idée de le confondre comme charlatan. Il fit plus tard le récit de leur entrevue : « Ce qu’il me dit semblait tellement éloigné de tout ce qu’on m’avait enseigné dans les écoles médicales, si complètement absurde et chimérique que je lui demandais des preuves de ce qu’il avançait. Les preuves me furent données par les quelques seize patients qui témoignèrent de leur condition lors de leur arrivée à Kirksville et de leur état consécutif au traitement. » Il fut tellement séduit par les propos et les démonstrations de Still qu’il devint fervent partisan de l’ostéopathie, participa à la création du premier collège en 1892 et y enseigna l’anatomie pendant de nombreuses années. Still raconte à sa manière leur première entrevue dans l’Autobiographie (pp. 113-117).

2 J. Martin Littlejohn (1865-1947) s’inscrivit à l’université de Glasgow où il étudia la théologie. Bien que non encore diplômé, il fut ordonné en 1886 et enseigna déjà cette année là. En 1889, il retourna à l’université où il reçut le diplôme de professeur en arts de langues classiques. Il reçut le diplôme de licencié en théologie en 1890 et pendant les deux années qui suivirent, étudia la loi, jusqu’au diplôme de sciences légales obtenu en 1892. Pendant ce parcours, il reçut un diplôme universitaire de médecine, ce qui lui permit sans doute d’acquérir sa connaissance en anatomie et en physiologie. En 1892, Littlejohn émigra en Amérique et s’inscrivit à la Columbia University de New York. Il y termina son doctorat en philosophie en 1894. Cette année là, il fut élu président du collège Amity, à College Spring, dans l’Iowa, un collège mixte d’enseignement libre des arts. Après avoir quitté l’ASO, Littlejohn et ses frères fondèrent le Littlejohn College of Osteopathy à Chicago. Là, J. Martin s’inscrivit aux collèges médicaux de Dunham et Hering et reçut son diplôme de docteur en médecine. Il retourna en Angleterre en 1913 et y fonda la British School of Osteopathy (BSO).

3 ASO : Acronyme pour American School of Osteopathy (Collège Américain d’Ostéopathie), fondé en 1892.

4 James Buchanan Littlejohn (1869-1947) était diplômé en médecine et chirurgie de l’université de Glasgow. Pendant quatre années, il fut chirurgien pour le service du gouvernement anglais. Lorsque J. Martin retourna en Angleterre, James assura l’administration du collège de Chicago et eut un rôle actif dans le domaine de la profession ostéopathique. Peut-être qu’après son expérience avec l’ASO, James s’inscrivit l’école de droit du Kent dont il fut diplômé.
David Littlejohn (1876-1955) suivit dans les années 1891-92 les cours du collège de sciences de Kensington à Londres. Puis, de 1893 jusque 1896, il suivit les cours de l’université de Glasgow et pendant cette période, enseigna la chimie à la Western Medical School of Glasgow. En 1896, il vogua lui aussi vers l’Amérique. David reçut le diplôme de théologie au collège Amiti dans l’Iowa puis le diplôme de docteur en médecine au Central Michigan College de Saint Joseph dans le Michigan. Il partit pour Chicago avec ses frères, mais son intérêt pour la santé publique et l’hygiène lui firent prendre d’autres chemins.

5 J. Martin Littlejohn, « The Prophylactic and Curative Value of the Science of Osteopathy, » allocution présentée devant la Société Royale de Littérature de Londres, réédité dans le Journal of Osteopathy 6 (Février 1900) : 365-84.

6 Il peut être intéressant de définir ce que peut signifier pour Still le mot Philosophie. Le Webster donne de ce mot plusieurs définitions : 1/ Tout apprentissage particulier à des préceptes techniques ou des arts pratiques - Les sciences et les arts libéraux particuliers à la médecine, la loi et la théologie (un docteur en philosophie). 2/ Recherche de sagesse. Quête vers une compréhension générale de valeurs ou de réalités par spéculation plutôt que par observation. Analyse des fondements et des concepts exprimant des croyances fondamentales. 3/ Système de concepts philosophiques. Théorie sous-tendant ou concernant une sphère d’activité ou de pensée (la philosophie de la guerre, la philosophie de la science).

7 Il semble que Still ait bien compris la différence entre savoir-faire et philosophie et qu’il ait eu particulièrement conscience de la nécessité de préserver et transmettre l’aspect philosophique de l’ostéopathie (le modèle ostéopathique) plutôt que le seul aspect pratique. Pour lui, le seul savoir faire n’est pas utile s’il ne se fonde sur un savoir réfléchir et penser sur le problème présenté, ce qui nécessite le recours à un modèle, à la fois simple et universel.

8 Transcendantalisme : Doctrine philosophique privilégiant la croyance en une réalité plus élevée non validée par l’expérience sensorielle ou la raison pure, anciennement développée par Parménides et Platon. Le Transcendantalisme de Nouvelle Angleterre fut un mouvement religieux, littéraire et philosophique qui s’épanouit particulièrement à partir de 1836 avec la publication de l’essai de Ralph Waldo Emerson Nature. Les transcen-dantalistes supportèrent les mouvements novateurs abolitionnistes et féministes et les réformes générales de la société et des églises.

9 Universalisme : Doctrine théologique niant l’existence de l’enfer et selon laquelle toutes les âmes seront universellement sauvées. Aux USA, le mouvement date des années 1700 et ses premiers leaders furent Hosea Ballou, John Murray et Elhanan Winchester.

10 Spiritualisme : Système centré sur la présomption que la communication avec les esprits des morts est possible. Dans son essence moderne aux USA, le spiritualisme se relie aux soeurs Fox, qui dans les années 1850 travaillèrent sur l’écriture automatique, les perceptions extrasensorielles, etc.

11 Mesmérisme : Système de guérison développé par un médecin autrichien Franz Anton Mesmer (1734-1815), fondé sur le magnétisme animal. Mesmer traitait des patients névrosés en utilisant des aimants et l’hypnose qu’il inventa.

12 Phrénologie : Discipline fondée par l’autrichien F. J. Gall vers les années 1780. Selon lequel toutes les facultés et inclinations ont leur siège sur les saillies cérébrales sur lesquelles se moulerait la calotte crânienne, d’où la possibilité de connaître ces facultés et inclinations en inspectant les bosses du crâne. Cette approche influença beaucoup de chercheurs de l’époque tels les français Broussais, Broca, Compte et des américains comme H. Spencer, ou le biologiste H. Russel Wallace. Elle semble avoir influencé notablement Charles Darwin pour l’élaboration de sa théorie de l’évolution.

13 Frontière, Frontalier : Dans la culture américaine, le mot « frontière » ne signifie pas seulement une limite, entre deux pays par exemple, mais plus généralement, une limite atteinte dans un domaine particulier, ici la colonisation. Les territoires atteints n’étaient pas à proprement parler des pays différents, mais des régions non colonisées généralement occupées par différentes tribus indiennes.

14 Herbert Spencer (1820-1903) Philosophe anglais, fondateur de la philosophie évolutionniste. Il tenta d’élargir le concept évolutionniste développé par Darwin au niveau de la biologie, à tous les domaines des activités humaines, notamment la psychologie, la sociologie, l’éthique, etc. Tout en affirmant le caractère inconnaissable de la nature intime de l’univers, il tenta de donner une explication globale de l’évolution des êtres à partir des lois ordinaires de la mécanique (à laquelle Still était particulièrement sensible). Selon Spencer, le monde se transforme et évolue de l’inorganique vers le biologique, le psychologique et le social : à chacun de ces stades se vérifie la loi de complexité croissante, par l’adaptation de plus en plus précise des fonctions aux conditions changeantes du milieu, par l’intégration toujours plus grande des parties au tout et par la diversification des relations sociales. Dans Premiers Principes (1862) et Principes de biologie (1864), A. T. Still trouvera les éléments qui lui permettront d’élaborer un cadre conceptuel à l’ostéopathie naissance.

15 Les premiers développements du concept évolutionniste ne doivent rien à Darwin. On les trouve exprimés dans Principes de biologie (1850), neuf ans donc avant la publication de L’Origine des espèces.

16 Patrick Tort : Spencer et l’évolutionnisme philosophique, p. 4.

17 Patrick Tort : Préface à l’Autobiographie d’Herbert Spencer, p. v.