Approche tissulaire de l'ostéopathie

Livre : Principes mécaniques de l'ostéopathie

Index de l'article


livre_principes_meca






Andrew Taylor Still

Éditions Sully
, 2009
ISBN : 978-2-35432-037-9
BP 171 - 56005 Vannes Cedex
Internet : www.editions-sully.com
E-mail :

Cet ouvrage est sans doute le livre de Still le moins connu : il rassemble la présentation philosophique correspondant à ce qui est développé dans Philosophie de l'ostéopathie, et l'exposition des principes mécaniques appliqués aux différentes régions du corps, notablement raffinés dans Ostéopathie - Recherche et pratique. La date de copyright semble suggérer que Philosophy and Mechanical Principles of Osteopathy aurait été écrit en 1892. Or cette année correspond à la création du collège de Kirksville. Bien que Still n’en dise mot, on peut penser que l’ouvrage a été écrit (au moins en partie) à l’intention des premiers étudiants et que Still lui assignait une place importante dans l’enseignement et la propagation de l’ostéopathie naissante. Pourtant, ce livre ne fut publié, nous dit Carol Trowbridge, qu’en 1902 puis mystérieusement retiré de la publication, sans explications. Dans son récent ouvrage Interface (Stilness Press, 2006), Paul Lee, nous dit que Still reconsidéra la diffusion de ce livre dès qu’il fut publié et rappela tous les exemplaires qu’il put reprendre, pour, dès ce moment, ne le proposer qu’à des personnes soigneusement triées. Il nous dit également que « sa famille tint ce livre secret jusqu’à ce que sa petite fille, Mary Jane Denslow (avec l’approbation des autres membres de la famille, notamment le petit fils de Still, Charles E. Still, Jr), aidée de deux praticiens ostéopathes, décide de le republier dans sa forme originale, en utilisant des techniques de reprographie photographique. » C’était en 1986.

Spéculations
Les spéculations abondent sur les raisons qui poussèrent Still à retirer ce texte de la circulation. Il se peut que certaines informations proposées dans cet ouvrage aient paru trop radicales ou trop incendiaires ou bien qu’il ait semblé divulguer des « secrets trop personnels. » En tant que traducteur et connaissant bien les ouvrages et l’histoire de Still, je pense possible d’invoquer plusieurs raisons.
  • La première pourrait tenir au fait que certaines théories développées par Still ont rapidement été démontrées comme fausses ou bien se sont trouvées à contre courant par rapport aux découvertes médicales et scientifiques de l’époque. La fin du dix neuvième siècle et le début du vingtième sont en effet une période extrêmement fertile en découvertes concernant notamment les maladies infectieuses, certaines de ces découvertes allant à l’encontre des théories stilliennes sur l’origine et sur leurs mécanismes de propagation et de développement.
  • Une autre raison peut tenir à certaines théories explicatives concernant la sphère digestive et les maladies de la femme, reposant particulièrement sur le rôle des épiploons, théories qui ne sont reprises dans aucun autre ouvrage publié de Still, ce qui tenterait à montrer qu’elles ne furent pas validées par l’expérimentation à grande échelle ou par les découvertes physiologiques de l’époque.
  • On peut également évoquer l’aspect particulièrement polémique pour ne pas dire batailleur des propos de Still à l’égard des médecins de son temps et de leurs méthodes qu’il n’hésite pas à pourfendre dès que l’occasion lui en est donnée. Il n’a sans doute pas tort mais l’ostéopathie naissante, en mal de reconnaissance n’avait pas besoin de privilégier une telle agressivité.