Approche tissulaire de l'ostéopathie

Livre : Approche tissulaire, livre 1

Index de l'article


[1]Sémantique générale : une théorie générale de l'évaluation élaborée par Alfred Korzybski aboutissant à la formulation d'un nouveau système, dont la sémantique générale est le mode opératoire. Le travail de Korzybski met en évidence l’étroite relation existant entre la structure de nos formes de représentation (langages, etc.) et l'histoire des cultures humaines. Il constate que comme les ingénieurs utilisent un langage pour élaborer leurs constructions (le langage mathématique), ceux qui édifient les structures politiques, économiques, sociales et autres structures humaines instables, utilisent des langages (c'est-à-dire des formes de représentation) dont la structure n'est pas similaire aux faits de la science et de la vie tels que nous les connaissons aujourd'hui. En conséquence, les résultats sont imprédictibles et il s'ensuit des désastres. La sémantique générale étudie ces liaisons et propose des solutions s’affranchissant des dogmes métaphysiques, mythologiques et pré-scientifiques qui interdisent et continuent d'interdire la possibilité de détecter des erreurs fondamentales dans l’élaboration de solutions aux problèmes humains.

[2] Christian Science : Église et système religieux fondés par Marie Baker Eddy, enseignant que la réalité objective de l’existence est sous-tendue par l’amour divin, et mettant l’accent sur la guérison à l’aide de moyens spirituels. Également appelée Église du Christ Scientiste.

[3] Il s’agit du Dr William Smith d’Édimbourg. Représentant en matériel médical, il visitait les médecins. Il avait parié avec certains médecins de Kirksville qu’il parviendrait, grâce à un interrogatoire serré, à confondre Still, considéré comme un charlatan. Il devint enseignant d’anatomie au collège de Kirksville (Still, 1998, 139-140) et (Trowbridge, 1999, 198-200).

[4] En 1997, sur les 36.000 ostéopathes licenciés en exercice, N. Gevitz estimait que seulement 3.000 pratiquaient l’ostéopathie (les autres pratiquant une médecine classique), et sur ces 3.000, moins de 500 pratiquaient l’ostéopathie crânienne (Gevitz 1997, 168-170).