Approche tissulaire de l'ostéopathie

Livre : Approche tissulaire, livre 1

Index de l'article


Transmettre sans figer
L’autre risque de l’écrit, c’est de figer. L’écrit devenant référence, il devient vite matière de choix à l’esprit rigide assoiffé de dogme. L’intention qui sous-tend mon acte d’écrire ne comporte aucune idée de rigidité. L’intention est de fournir un jalon, un repère dont je connais la fiabilité et qui pourra, je l’espère en tout cas, servir à d’autres pour tracer ce qui sera de toute manière leur propre chemin. Ayant eu à souffrir de la rigidité régnant dans ces domaines, je ne désire en aucun cas initier un nouveau dogme ostéopathique. Still lui-même fustige l’immobilisme et nous engage dans une voie évolutive : « Une fois adoptés, il est difficile de se débarrasser des anciens systèmes d’éducation, à cause notamment des habitudes des professeurs qui sont devenus enseignants en succédant à leurs précepteurs et instructeurs. Pour plusieurs raisons, ils ont suivi l’ancien système sans sourciller. Tout d’abord, il est plus facile à un jeune enseignant d’enseigner ce qu’il a appris que ce qu’il ressent comme devant être enseigné. Avant de pouvoir modifier ou suggérer un changement dans les anciennes méthodes d’instruction, le jeune homme ou la jeune femme ressent la nécessité d’une certaine expérience de la vie. Il a peur de perdre son poste et son salaire et de se retrouver catalogué comme critiqueur. Pour préserver son pain quotidien, il décide la première année de demeurer silencieux, puis les années se succèdent et il demeure silencieux, et cela devient finalement pour lui une seconde nature. […] Avec l’âge, en même temps que sa chevelure s’éclaircit, son ambition s’étouffe et en quelques années, le voilà devenu chauve et sans espoir. Il enseigne par cœur et sait comment compiler innocemment à partir d’anciennes théories. Génération après génération ce système se perpétue, qui ne donne aucune pensée novatrice au cours des âges. […] Je veux des volontaires pour mener cette révolution médicale. Nous devons conquérir avant de devenir chauves, sinon, nous ne réussirons pas. » (Still, 1902, 24).