Approche tissulaire de l'ostéopathie

Le concept de « vie » en ostéopathie

Augustin-Comte

 

 

Augustin Comte, Juin 2012 - Lognes
Ecrire à Augustin ComteemailButton

Télécharger le résumé du mémoire pdf_button Télécharger le texte completpdf_button

Résumé du mémoire
Les notions de vie et d'être-vivant ont toujours soulevées beaucoup de questions en philosophie et en science. Ce mémoire a été réalisé afin d'étudier ces concepts dans le cadre de la philosophie élaborée par A. T. Still et approfondie principalement par W. G. Sutherland et R. E. Becker. Cela pour finalement décrire une approche pratique ostéopathique en cohérence avec cette philosophie.

La lecture et l'analyse des principaux ouvrages de ces ostéopathes ainsi que de ceux d'autres auteurs, montrent que les notions de vie et d'être humain sont centrales dans la philosophie stillienne. Cette dernière se rapproche de la conception aristotélicienne de la vie et de l'humain : l'homme est animé par une entité de nature spirituelle, l'âme, qui peut être assimilée à la notion de force vitale. Celle-ci se manifeste physiquement par le mouvement, la fluctuation endogène du liquide céphalo-rachidien et la capacité du corps à se maintenir en bonne santé.
L'ostéopathe peut collaborer avec cette force vitale afin de libérer les forces auto-correctrices du corps en agissant sur le mouvement et la fluctuation du liquide céphalo-rachidien et en acceptant l'idée d'être « utilisé » par le patient.

Mots-clefs : Ostéopathie, philosophie, vie, vitalité, être-humain, être-vivant, mouvement, mécanisme respiratoire primaire, liquide céphalo-rachidien.

Summary
The concepts of life and living-being have always raised many questions in philosophy and science. This dissertation was conducted to study these concepts in the context of the philosophy developed by A. T. Still and mainly deepened by W. G. Sutherland and R. E. Becker. This to describe an Osteopathic practice approach consistent with this philosophy.

Reading and analysis of major works of these osteopaths as well as those of other authors show that the concepts of life and human beings are central in the Still's philosophy. This approximates the Aristotelian conception of life and human: the human being is animated by a spiritual entity, the soul, which can be likened to the concept of vital force. This one manifests itself physically through movement, the endogenous fluctuation of cerebrospinal fluid and the body's ability to maintain himself healthy.
The osteopath can work with this vital force to free the self-corrective forces of the body by acting on the movement and fluctuation of cerebrospinal fluid and by accepting the idea of being "used" by the patient.

Keywords: Osteopathy, philosophy, life, vitality, human being, living being, movement, cranial rhythmic impulse, cerebrospinal fluid.

Qu'est-ce que la vie ?

Qu'est la vie ? Nous pensons que la vie est une pulsation, un battement de cœur, une chose qui est vivante tant que son cœur bat. Le corps manifeste la vie ; Il exprime la vie. Mais l'expression de la vie, comme un levier œuvrant sur ses points d'appui, n'est pas la vie qui est exprimée. C'est le levier, mais la vie et la puissance sont dans le fulcrum immobile – non dans ce qui bouge – non dans ce qui pulse. Nos corps ne vivent pas ; ils ne font qu'exprimer la vie de notre Source. (Walter Russell - in Becker, R. E. 1997. The Stillness of Life Stillness Press. p.189)

Personne ne connaît le philosophe qui le premier posa la question : « Qu'est-ce que la vie ? » Mais toute personne intelligente s'intéresse à ce problème, désirant au moins connaître une raison tangible pour laquelle on l'appelle « vie » ; savoir si la vie est personnelle ou si elle est organisée de manière telle qu'on puisse la considérer comme principe individualisé de la Nature. (Andrew Taylor Still - Philosophie et principes mécaniques de l'ostéopathie 2009 Sully, p. 288)

Introduction

Qu'est ce qui fait qu'une chose peut être qualifiée, ou non, de vivante ? Qu'est ce qui permet de faire qu'un amas de cellules soit un être agissant et pensant ? Toutes ces questions, centrales en philosophie, en médecine et même en théologie, ne trouveront sans doute jamais de réponses définitives. Néanmoins, afin de mieux comprendre toute la dimension philosophique de l'ostéopathie et le rôle de l'ostéopathe, les concepts de vie et d'être vivant nécessitent d'être éclaircis.
Dans The Bulletin d'automne 1903, Andrew Taylor Still exhorte les ostéopathes à approfondir leurs connaissances sur la vie :

Je veux une connaissance indubitable, une meilleure connaissance de la vie, je veux savoir si elle est une substance, ou un principe qui contient les nombreux attributs de l'esprit tels que sagesse, mémoire, pouvoir de raison et un nombre illimité d'autres attributs. (A. T. Still - in The Bulletin, Automne 1903)

Quel meilleur moyen pour répondre à cela que de se plonger dans les écrits du fondateur de l'ostéopathie et de ses plus proches disciples ? L'étude de ces ouvrages, pour certains relativement méconnus, m'ont fait toucher du doigt à quel point les concepts de vie et de principe vital étaient centraux dans l'ostéopathie d'Andrew Taylor Still, de William Garner Sutherland, de Rollin Becker et de nombreux autres ostéopathes.
Le concept de « vie » est difficilement séparable de tout l'aspect spirituel qui l'entoure. Si ce mot peut déranger, il est indéniable que Still, en homme pieux, a créé une médecine scientifique mais aussi teintée de spiritualité. Paul Lee définit d'ailleurs l'ostéopathie comme « une philosophie médicale basée sur la spiritualité » (Paul Lee, Interface, Mécanismes de l'esprit en Ostéopathie - Sully, 2005. p. 142)

Que l'on soit ou non religieux, on ne peut qu'accepter le fait que dans l'état actuel de la science, bien des mystères restent à résoudre que cela concerne l'infiniment grand, l'infiniment petit ou le corps humain. Nous verrons que la philosophie ostéopathique peut apporter des bribes de réponses à cette recherche en tant que philosophie vue en tant que « précurseur de l'action » comme dit Rollin Becker. (Becker, R. E. The Stillness of life Stillness Press, 1997, p. 183

Les sujets abordés ne sont sans doute pas exclusifs à l'être humain. Mais dans la mesure où les auteurs cités ne parlent presque qu'à travers leur expérience sur l'humain, nous avons choisi ce dernier comme sujet d'étude.
Le but de ce mémoire n'est pas de prouver la justesse de la pensée de Still, ni de tenter de rendre légitimes des affirmations par la simple citation de son nom, mais simplement de faire transparaître un aspect de la philosophie ostéopathique qui a fortement éveillé ma curiosité. J'ai donc eu envie de m'y intéresser et de me demander quelles pourraient en être les implications philosophiques, morales et pratiques.
Sutherland dit : Si nous pouvions avoir la même vision de l'infinitésimal dans la structure mécanique humaine que le Dr Andrew Taylor Still, nous pourrions facilement observer la multitude de « petites choses » qui sont de « grandes choses » dans la science de l'ostéopathie. 1
Je pense que nous pouvons prendre le pari de suivre son conseil et d'essayer « d'observer la multitude de petites choses » afin de mieux saisir la dimension stillienne.

Le corps humain est une machine animée par une force invisible appelée vie [...] Andrew Taylor Still, Autobiographie, Sully, 1998, p. 166

Ainsi, nous pouvons nous demander quelle est la place de cette force invisible dans la pensée ostéopathique et comment l'ostéopathe peut-il collaborer avec elle ? Nous tenterons de répondre à cela en posant dans une première partie quelques bases philosophiques et définitions nécessaires, pour dans un second temps, nous attacher à l'étude des idées de Still et de certains de ses disciples à travers quelques-uns de leurs écrits. Puis, pour terminer, nous décrirons ce que peuvent être les implications ostéopathiques, théoriques et pratiques, de ces données.

Table des matières

Remerciements
Sommaire
Introduction

I. Concepts et définitions

I.1 - La vie
I.2 - L'être humain

II. À l'école de nos prédécesseurs

II.1 - Le concept de vie dans la philosophie stillienne
II.2 - Les manifestations de la vie
II.3 - L'ostéopathe, en coopération avec la vie

III. Applications : analyse personnelle

III.1- Implications théoriques
III.2 - Implications pratiques
III.3- Modus operandi : Permettre à la vie d'être « harmonieuse et efficace »

Conclusion
Références et Index
Travaux cités
Table des Matières
Annexe
Résumé
Summary