Approche tissulaire de l'ostéopathie

Histoire de « l’approche biodynamique » en ostéopathie

Inconnu-03

Naissance et évolution du concept biodynamique, d’A.T. Still à nos jours

Sophie Loussouarn, juin 2014 Pantin
Sophie Loussouarn emailButton
Télécharger le texte completpdf_button
Télécharger le résumé et le plan pdf_button


Résumé
L'approche biodynamique est peu répandue au sein de la communauté ostéopathique. Ce mémoire a pour objectif de présenter ce modèle à travers les différents écrits des pionniers qui ont fait évoluer ce concept. Une fois le contexte posé, le travail de l'auteur repose sur une présentation du champ lexical et de sa mise en pratique. Pour mieux comprendre comment a pu évoluer cette discipline ostéopathique, cette étude tente d'être le plus impartial possible en évoquant les sources de contradictions et d'ambiguïté au sein de ce modèle.
Mots clés : Ostéopathie - biodynamique - Souffle de Vie – Respiration primaire

Summary
The biodynamic approach is not so prevalent in the osteopathic community. The aim of this dissertation is to introduce this model through the different texts of pathfinders who did contribute to this concept. This work relies on a presentation of the lexical field and the practical aspects of this approach. To better understand how this osteopathic discipline has evolved, this study tries to be as impartial as possible, exploring contradiction and ambiguity of the materials within this model.
Key words : Osteopathy – Biodynamic - Breath of Life – Primary breathing

Introduction

Tout ostéopathe qui se respecte connaît le modèle biomécaniste de l’ostéopathie avec le traitement de la mobilité articulaire et tissulaire. 1 Mais connaissez-vous ce modèle énergétique que certains ostéopathes nomment biodynamique ?

Un intérêt certain pour ce concept ostéopathique est apparu lors d’un cours d’initiation en 4ème année de formation initiale en ostéopathie. Par la suite, un stage en libéral renforcera ce besoin d’en découvrir plus sur ce modèle si mystérieux au premier abord. Cet aperçu du concept biodynamique, avec la découverte des dimensions philosophique et spirituelle de l’ostéopathie sera une révélation. L’approche biodynamique s’est révélée à nous comme un moyen de réactualiser au mieux le modèle ostéopathique défini par A.T. Still, avec son unité de ‘’corps, de mental et d’esprit’’. Cette réinitialisation semble pouvoir être comparée à la fonction ‘’reset ‘’ connue en informatique. Cet enthousiasme pour cette approche ostéopathique nous empêchera certainement d’être pleinement objectifs dans notre étude.

Le thème du concept biodynamique en ostéopathie fait l'objet de très peu de publications et l'on s'aperçoit que beaucoup d’ostéopathes connaissent peu ou mal cette approche ostéopathique. On peut lire également que ce modèle biodynamique est parfois sujet à controverses dans le milieu ostéopathique, certains lui prêtant un caractère mystique, spirituel, voire religieux.

Problématique : Cette approche a-t-elle trouvé sa place dans l’ostéopathie d’aujourd’hui ?

La bonne rédaction d'un mémoire de ce type peut apporter un peu de clarté et de compréhension sur les connaissances de cette discipline. Une fois le modèle biodynamique bien défini dans sa terminologie, il sera plus simple de le reconnaître à travers les textes et récits des pionniers de l'ostéopathie et de remonter ainsi jusqu'à ses origines. Par cette synthèse, nous espérons pouvoir apporter les informations  claires et complètes nécessaires à la bonne compréhension de cette approche biodynamique, ce qui permettra peut-être à certains ostéopathes de lever une confusion, d'approfondir leurs connaissances, et pourquoi pas leur donnera l’envie d’étudier de plus près ce concept biodynamique. Ce travail s’inspire de nombreux écrits dont ceux d’A. T. Still, W.G. Sutherland, Rollin Becker, J. Jealous, Pierre Tricot, Charles Ridley, et bien d’autres, mais aussi de mémoires traitant du modèle biodynamique en ostéopathie, d’échanges directs avec René Briend, Pascale Fauvet, Mark Baker, Alain Abehsera et de rencontres mythiques comme l’interview de Chantal Clausse, la nièce de J.A. Duval.

Commençons par ce que nous savons, c’est-à-dire le contexte dans lequel se pose ce type de pratique : aujourd’hui tout le monde connaît le modèle biomécaniste de l’ostéopathie par le traitement de la mobilité articulaire et tissulaire. Ce modèle structurel a une « action mécanique et la réaction espérée est une réponse réflexe neurologique d’autorégulation ayant un impact général sur la santé. Ainsi le modèle mécaniste développe un point de vue assimilant la dysfonction ostéopathique à une rupture d’équilibre dans l’architecture des forces mécaniques composant et animant le corps. Il invite donc à rechercher et évaluer, par la palpation et des tests cliniques, la mobilité mécanique des éléments qui le composent. Ici, l’accent sera mis sur une perception des informations recueillies par la palpation manuelle et la mobilisation articulaire ou tissulaire. Outre les éléments pathognomoniques, analysés classiquement en médecine, seront recherchées des variations anormales ou relatives de la symétrie corporelle, de la densité, de la dureté, de l’élasticité, de la mobilité … »2

Dans l’approche biodynamique, l’ostéopathe utilise la respiration primaire pour permettre au schéma original (de santé) de resurgir. Pour cela, le thérapeute doit être en accord avec l’environnement et mobiliser toute son attention. Il doit être attentif à la globalité de son patient ainsi qu’à tout ce qui l’entoure. Il est donc primordial pour lui de savoir diviser son attention, d’être présent et de rester « centré » sans se disperser. Il devient alors le spectateur du mécanisme d’autoguérison et d’autorégulation du corps et c’est à partir de cette notion de non action du praticien que se joue la différence avec les techniques fonctionnelles classiques. Plus exactement lors de la séance, le praticien sert de fulcrum à la santé qui s’exprime par le souffle de vie. En gardant une ligne de conduite non interventionniste, le thérapeute va permettre à chaque structure et tissu du corps du patient de se voir rééquilibrés et restitués de leur énergie, grâce à l’expansion de la respiration primaire. L’élément clef dans ce type de pratique est le besoin d’une ouverture d’esprit optimale et un sens du toucher averti du thérapeute, lui permettant d’accepter les expériences3 qui lui parviennent durant la consultation avec la plus grande neutralité.

Au sein de la communauté ostéopathique, tout le monde est d’accord pour dire que le concept biodynamique est né des travaux de W.G. Sutherland (essentiellement depuis 1948 où son approche va évoluer spécifiquement vers ce système biodynamique). Des travaux récents comme celui de l’ouvrage Interface (de Paul Lee) montrent qu’A.T. Still dans ses écrits philosophiques était déjà relié à un modèle biodynamique par sa philosophie thérapeutique. Mais également par ses méthodes comme le montre le témoignage de l’arrière-petit-fils d'A. T. Still, Richard Still Jr. : en septembre 1998 celui-ci affirma qu' « A. T. Still ne pratiquait ni ne préconisait l'utilisation de ces techniques. » Il relate même que son père expliquait qu’A.T. Still « ne pratiquait pas la manipulation comme nous la connaissons »4.

Nous allons tenter d’établir une généalogie entre les grands ostéopathes qui ont marqué l’évolution du modèle biodynamique, ainsi que de mettre en évidence leur continuité avec les pionniers de l’ostéopathie : A.T. Still et W.G Sutherland. Nous continuerons notre exposé par la démystification des différents termes employés en approche biodynamique en tentant de les rendre accessibles au plus grand nombre. Pour rendre cela possible, nous parlerons succinctement des différents ressentis du praticien ainsi que des paramètres à mettre en place pour pouvoir accéder à ces niveaux de perception. Nous terminerons par une présentation d’un panel d’obstacles faisant barrière à l’évolution de cette pratique ostéopathique. Dans ce mémoire, nous suivrons les conseils délivrés par Rollin Becker à sa conférence dédiée à W.G. Sutherland5. C’est pourquoi nous ne attarderons pas sur la description des découvertes concernant le concept biodynamique en ostéopathie, mais au contraire nous tenterons d’aller le plus loin possible en gardant une vision d’ensemble sur notre sujet d’étude.


1 Emmanuel Roche D.O, Introduction à une phénoménologie de la perception ostéopathique dans le champ crânien, p. 10.
2 Ibid. p. 10.
3 Rollin Becker, « Be Still and Know » article présenté en septembre 1965 à Philadelphie comme « Sutherland Memorial Lecture » édité dans The Cranial Academy Newsletter Décembre 1965.
4 Pierre Tricot et Laurent Gaisnon, Vie et œuvre d’A. T. STILL, fondateur de l’ostéopathie. Conférence préparée et présentée par Pierre Tricot et Laurent Gaisnon, p. 35.
5 « Nous pourrions raconter chronologiquement l’histoire du développement qu’il fit de l’ostéopathie dans le domaine crânien, mais cela nous amènerait à limiter l’histoire à l’époque de sa vie où il approfondit ce domaine. Ce n’est pas suffisant ; les vérités qu’il nous a laissées sont autant de marches vers d’autres plus grandes encore qui restent à découvrir. »
6 Rollin Becker, « Be Still and Know » article présenté en septembre 1965 à Philadelphie comme « Sutherland Memorial Lecture » édité dans The Cranial Academy Newsletter Décembre 1965.

Table des matières
Introduction
Naissance du concept biodynamique en ostéopathie

A. Les origines

1. Andrew Taylor Still
2. William Garner Sutherland

B. Les bases actuelles de l'approche en ostéopathie biodynamique en France

1. Le vitalisme comme référence
2. Le spiritualisme, une spécificité du modèle biodynamique
3. Transmission de l’approche biodynamique en ostéopathie
4. Transmission de ce concept sortant du cadre habituel de l’ostéopathie

Champ lexical et introduction à l'approche biodynamique en ostéopathie

A. Histoire du terme « Biodynamique »

1. Naissance du mot « biodynamique »
2. Embryologie
3. Choix du terme

B. Jargon de la pratique biodynamique en ostéopathie

1. Fulcrum
2. Souffle de vie
3. Mécanismes volontaire, involontaire et l’Involontaire
4. Notion de Puissance
5. L'état de Neutre du praticien
6. L’état de Neutre du patient

C. Parlons pratique

1. Rechercher la Santé
2. Présence
3. Centrage
4. La non-action du praticien
5. La proprioception et l’instinct, des nouveaux sens à développer
6. Déroulement d’une consultation
7. Tentative d’explication du mouvement ressenti
8. Notion de Tranquillité naturelle et perpétuelle : d’Immobilité et d’Immobilité Dynamique
9. Le praticien, canal de l’énergie environnante
10. La méditation : un allié précieux

Les obstacles au développement du concept biodynamique en ostéopathie

A Ambiguité des termes

1. Exemples de censure
2. Changement de terminologie
3. Utilisation des métaphores
4. Notion de Divin (Esprit Divin)

D. Mode de transmission

1. Multiplication des intermédiaires
2. L’expérimentation, la vraie source de connaissance
3. Mise à l’écart de l’approche philosophique et spirituelle de l’ostéopathie

E. Manque de preuve scientifique

1. Historiquement parlant
2. Tentative d’explication scientifique

F. Contradictions au sein même de la communauté ostéopathique

Conclusion
Bibliographie