Approche tissulaire de l'ostéopathie

Éléments présentant un risque d'éthique dans la relation thérapeutique ostéopathique

L Parizet

Éléments présentant un risque d'éthique dans la relation thérapeutique ostéopathique

Louis Parizet, Paris, mars 2013

Ecrire à Louis Parizet emailButton
Télécharger le texte completpdf_button
Télécharger le résumé et le plan pdf_button


Résumé

Le but de ce mémoire est d’identifier les éléments qui présentent un risque éthique entre un patient et un thérapeute et particulièrement en ostéopathie. Ce travail est une revue de littérature, à partir de travaux philosophiques. Dans un premier temps sont traités les éléments communs à toute relation thérapeutique, principalement à partir de la littérature sur la relation médecin-patient, puis sont étudiés les aspects spécifiques à l’ostéopathie, ces derniers faisant l’objet de peu de publications. Trois aspects spécifiques ont été identifiés dans cette étude : l'immédiatetédu traitement ostéopathique, l’ambiguïtédu geste et le principe de globalité présent dans le concept ostéopathique. Aujourd’hui, en dehors de la loi, il n’existe pas de norme déontologique commune à toute la profession en France, ce qui laisse démuni l’ostéopathe confronté à ces défis éthiques spécifiques.

Mots clés : relation patient-praticien, relation thérapeutique, asymétrie, éthique, déontologie.

The purpose of this research is to identify the elements that present an ethical risk between a patient and a practitioner and especially during an osteopathic caretaking. This research is a literature revue, based on philosophic works. First, the elements which are present in every therapeutically relationship are studied, mainly based on medical literature, and then the elements that are specific of osteopathy are studied, because of the lack of publications on this specific subject. Three main specific elements are spotted in this study : the immediacy of osteopathic treatment, the gesture ambiguity and the globalist concept of osteopathic philosophy. Nowadays, except for the law, there is no specifics deontological rule for osteopathy in France, which leaves osteopaths resourceless regarding specifics ethics challenges.

Key words : patient-practitioner relationship, therapeutically relationship, asymmetrical, ethic, deontological.

Introduction

Dans le cadre de la recherche en ostéopathie, de nombreux travaux sont faits afin de prouver l’efficacité d’une technique, d’évaluer une prévalence de dysfonctions somatiques chez telle ou telle population, mais très peu porte sur la relation entre le patient et l’ostéopathe. En effet, beaucoup de questionnements se posent aux thérapeutes sur la manière de prendre en charge leurs patients. Du fait de l’absence d’unité de la profession, il n’y a pas de règles communes à tous les ostéopathes et de ce fait, peu de repères éthiques et déontologiques pour les thérapeutes, s’ils n’adhèrent pas à une institution possédant déjà un code de déontologie. Cette revue de littérature a pour finalité d’identifier les éléments présentant des risques éthiques dans la relation patient-praticien en ostéopathie et de proposer un moyen de diminuer ces risques. Ce mémoire de fin d’étude n’est pas exhaustif mais propose une piste de réflexion sur ce sujet.

En raison de la faible quantité de publications sur ce sujet spécifique, ce mémoire s’appuiera entre autres sur de la littérature médicale et portera une attention particulière aux aspects propres à toute relation de soin. Par la suite, des aspects spécifiques à l’ostéopathie seront étudiés.

En sciences humaines, l’autorité d’un texte ou d’un auteur ne se mesure pas par un impact factorou des statistiques, mais par la reconnaissance d’autres auteurs comme un texte ou un auteur de référence (comme Ricœur, Lacan, Balint, Hirsch...). Ainsi dans ce mémoire, les références ne seront pas nécessairement des articles parus récemment dans une revue reconnue mais aussi des ouvrages, des publications légitimée par tous ou un texte majeur sur le sujet.

Pour ce mémoire, la recherche d’articles ou de références s’est effectuée principalement sur la base de données bibliographiquesavec recherche en plein texte du Centre Interdisciplinaire d’Éthique de l’université catholique de Lyon réunissant plus de huit cents articles sur l’éthique et l’épistémologie des médecines alternatives. D’autre part, d’autres références ont été recueillies par recherche manuelle.

L’objectif de ce mémoire est de mettre en évidence les aspects de la relation entre patient et ostéopathe engendrant un risque éthique. Le travail de recherche bibliographique s’est avéré difficile car il y a très peu de littérature sur l’éthique en ostéopathie. Pour cela, dans un premier temps, ont été analysés les aspects communs à toute relation entre un patient et un thérapeute. Cette quête s’est principalement appuyée sur les travaux faits sur l’éthique biomédicale et sur des travaux philosophiques concernant la relation patient-praticien. Cette étape a permis d’aborder de manière descriptive la relation en mettant en exergue les éléments constituant la relation. Ce travail de recherche n’a pas de visée descriptive mais il se situe dans le registre de l’éthique. Paul Ricœur la définit comme « la visée de la vie bonne avec et pour les autres, dans des institutions justes1. » L’auteur parle donc de « visée », désir dans lequel le sujet s’engage en tant qu’acteur des choix qu’elle nécessite. Elle entraîneune remise en question permanente, parce qu’elle ne peut jamais être considérée comme atteinte. Ainsi, lors d’un travail de recherche en éthique, il ne s’agit pas de fournir des protocoles de bonne conduite mais de proposer une réflexion afin de nourrir cette visée de la vie bonne.Il inscrit également l’éthique dans une dimension sociale, il précise que cette vie n’est bonne que si elle l’est pour tous les acteurs de la relation. La recherche ne va donc pas porter uniquement sur le bien du patient mais aussi sur le bien du thérapeute et de la société. Ricœur propose enfin une définition de l’éthique qui est inscrite « dans des institutions justes ». Celles-ci permettent d’apporter des repères objectifs à l’éthique qui, elle, en est la finalité. Pour parvenir à cette finalité de la vie bonne, ce cadre imposé par les institutions permet d’établir des normes communes nécessaires à la vie « avec et pour les autres ». Ainsi nous nous attarderons sur les repères dont disposent les thérapeutes pour la prise en charge d’un patient.

Trois dimensions feront l’objet d’une étude plus spécifique car elles sont caractéristiques de certains aspects complexes de la relation.

Pour finir, nous analyserons des éléments de la relation entre un patient et un thérapeute dans le cadre de la pratique ostéopathique. Nous compléterons le travail déjà effectue sur les aspects communs a toutes les thérapeutiques par une étude des éléments spécifiques a l’ostéopathie.

1 P. Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990, p. 202.

Sommaire

Remerciements
Introduction
Éléments constitutifs de la relation

Entrée dans la relation
La distance des médecins envers le patient
Le consentement éclairé
La bonne présence

Repères pour la relation patient-praticien

Une nécessité pour la relation
Les principes de l’éthique biomédicale
Préceptes de la sagesse pratique médicale

Trois aspects complexes

Attentes non adaptées du patient
Le principe d’autonomie critiqué
Questions autour de l’argent

Les risques éthiques en ostéopathie

Une relation thérapeutique
La bonne présence
Attentes non adaptées du patient
La norme, une nécessité pour la relation

Conclusion
Bibliographie

Abstract