Approche tissulaire de l'ostéopathie

Activité cérébrale et pratique crânienne

I-Munoz-Letelier Ivan Munoz-Letelier, emailButton ISO Paris-Est Juin 2012

 

Télécharger le texte complet pdf_button
Télécharger le résumé et le plan pdf_button

Remerciements

Je voudrais, avant tout, remercier ma grand-mère, Mamita Blanca pour m’avoir guidé sur cette voie. Merci à ma famille de m’avoir soutenu tout au long de ces études et de ce mémoire. Je remercie ma mère, Clara, pour être toujours présente, à mon père, Francisco, pour me pousser à accomplir mes rêves; à mes petites sœurs Eloïsa et Bellinda et à mon frère Christian, à mon beau père, Bernard, pour m’avoir orienté vers l’intention, pour m’avoir guidé et aidé à organiser mes idées, à Yannick, pour son aide, à Ludovic pour son intérêt, à Anne Dominique Clermont pour m’avoir tendu la main et soutenu.

Je remercie Amélie pour m’avoir soutenu pendant ces années et toujours cru en moi. Un grand Merci à mes amis, Paul pour ces heures passées à mes côtés, lors des traductions,

Laure, Matthieu, Sami, Grégoire, Ken, Edith, Igor, Rémy, Sophie, Christelle, Fabiano, pour avoir été présents au bon moment, pour votre soutient et vos cœurs chaleureux, pour me donner du courage pendant ces années.

L’homme et son environnement

« Le corps de l’homme est son outil pour se mouvoir sur terre. C’est un mécanisme autonome, doté d’un état d’homéostasie qui stabilise son environnement interne afin de préserver la santé et de faire face aux situations de maladie, de traumatisme et de stress. H est entouré par un environnement externe duquel il reçoit les éléments de base nécessaire pour le garder en vie, tel que l’air, l’eau, la nourriture, etc. il est en échange constant avec son environnement externe physiquement, mentalement et émotionnellement. Cet environnement externe s’étend de ses alentours immédiats jusqu’aux entendues plus lointaine de l’univers. »

Introduction

Lors du symposium international d’ostéopathie à Florence (Italie) en 2011, Mokhov2 démontrait qu’il existe une synchronicité entre patient et praticien. Selon ces recherches faites en Russie, le corps du patient et du praticien communiquent en partie par le toucher, et permettent de synchroniser le rythme cardiaque, et les fréquences cérébrales. Cependant, il n’existe pas à ce jour, en ostéopathie, de travaux ayant étudiés les mécanismes cérébraux en tant qu’état de conscience chez le praticien. C’est ce que nous proposons de faire dans cette étude.

Discuter des rapports entre ostéopathie crânienne à visée fluidique 3et état modifié de conscience4, comme nous nous proposons de faire ici, nécessite une définition sommaire de ces expressions.

Selon le concept ostéopathique, il existe un mouvement liquidien et fluctuant que le praticien ressent au sein des tissus du patient et qui permet de poser un diagnostic ostéopathique et d’effectuer un traitement. Lors de techniques fluidiques ou liquidiennes, le praticien pose les mains sur le crâne du patient qui est en décubitus. L’appui est très léger5. Par cette approche, le praticien est à l’écoute des mouvements fluctuants du Liquide Cérébro-spinal (LCS) qui se répercute, toujours selon ce même concept, sur les membranes de tensions réciproques (faux du cerveau, tente du cervelet, faux du cervelet, qui sont des structures composées par la Dure Mère). Selon Sutherland6, il existe une interrelation dynamique entre le LCS et les fonctions physiologiques de toutes les cellules du corps humain, en particularité celles du système nerveux. Par cette approche, l’ostéopathe est à même d’évaluer la vitalité globale du patient. Néanmoins, cette « écoute » semble requérir un apprentissage long et consciencieux du ressenti palpatoire. C’est par la patience que le praticien arriverait, avec le temps, à percevoir des mouvements d’une grande finesse.3,7,8

Afin de clarifier ce sujet, nous pouvons simplement dire que la nécessité chez l’ostéopathe est d’éduquer son ressenti palpatoire, spécifiquement lors de l’écoute crânienne. La question est de savoir si l’état de conscience peut être un facteur intervenant dans l’écoute palpatoire.

Il existe plusieurs courants de pensées qui définissent la conscience7,9,10,11,12,13 ainsi que l’état de conscience modifiée.11,14,15,16 Le mot conscience vient de « cumscientia » qui signifie « accompagné de savoir ».17 Être conscient, c’est agir, sentir, ou penser, et savoir qu’on agit, sent, ou pense.

Le champ de la conscience est celui de l'activité cérébrale, dirigé par l'attention qui détermine son contenu et sa plus ou moins grande ouverture, auquel se limite la conscience à un instant donné. La conscience est analysée par les ondes du cortex cérébral. En fonction de l’état dans lequel nous nous trouvons, l’activité électrique de notre cerveau change de fréquences. 16,19’ 20 Ces états ont été répertoriés à l’aide d’électroencéphalogrammes (EEG). Selon les fréquences, les ondes sont nommées Alpha, Bêta, Thêta, Delta et Gamma. Elles correspondent à différents niveaux de la conscience humaine. Bêta est l’état de veille consciente ordinaire. Alpha, Thêta, Delta et Gamma correspondent, elles, aux états modifiés de conscience. Ces notions seront approfondies au cours de cette étude.

La méditation,21 ,22,23 l’hypnose,24, 25 l’EMDR,26, 27 les sons binauraux,28, 29 les transes,30,31,32 le rêve éveillé33 et la thérapie holotropique34 sont des moyens de modifier l’état de conscience de manière volontaire (le sommeil35 correspond également à des états modifiés de conscience mais involontairement). Toutes ces méthodes ont des effets thérapeutiques, et permettent une communication subtile, puisqu’elles permettent d’accéder à différents aspects conscients et inconscients de la personne

Ces états correspondent, tout comme pendant le sommeil, à des niveaux (paliers) pendant lesquels la conscience a accès, entre autre, à une sensorialité accrue.36,37 Ils permettent une ouverture d’esprit donnant accès à des champs de perceptions subtils.38

A l’aide des courbes d’EEG, nous pourrions savoir sur quelles fréquences se situent les ondes cérébrales des praticiens. Nous aurions ainsi la possibilité de savoir dans quel état de conscience se trouve le praticien durant la pratique de l’ostéopathie fluidique crânienne.

Les paramètres qui permettent de modifier l’état de conscience, ainsi que ce qu’ils induisent dans leurs champs d’action, sont répertoriés. Une attention focalisée,38,8,22 un travail de visualisation,39 une présence soutenue,40,8,22 un lâcher- prise, une intention40 lors de l’écoute palpatoire, seraient les paramètres de base d’une conscience modifiée qui amènerait l’ostéopathe à aller vers une communication plus sensorielle.

En méditation, ces mêmes paramètres semblent être utilisés pour parvenir à être en état de présence, pendant cet état de conscience modifiée. Par l’analyse des tracés de l’EEG, nous ferons un parallèle entre l’activité électrique du praticien et celui du méditant.41

Nous passerons en revue, à travers différentes définitions le terme de conscience. Plusieurs points de vue sur la conscience seront nécessaires afin de clarifier ce qu’elle représente. Afin de lui donner un aspect global, nous l’aborderons tout d’abord dans un contexte général, en philosophie, en neuroscience cognitive puis selon la philosophie orientale.

Nous verrons par la suite qu’elle se situe dans le cerveau. Pour préciser son fonctionnement, nous spécifierons les différentes structures intervenant dans le processus d’élaboration de la conscience. La neuroscience nous apporte son explication physiologique; la phénoménologie, une classification qualitative; la physique quantique, une nouvelle approche ondulatoire et matériel.

Un chapitre sera consacré aux états de conscience modifié (EMC). Nous irons plus spécifiquement vers l’aspect modifié de la conscience en prenant deux exemples : le sommeil et la méditation.

Pendant la pratique ostéopathique crânienne, les praticiens sont-ils en état modifiés de conscience ? La qualité d’attention de la conscience peut-elle refléter l’écoute du praticien à son patient ?

Notes

1 Feely R. A (2000). Clinique ostéopathique dans le champ crânien. Ed. FRISON ROCHE, p.75.

2 Mokhov D. (2011). “ModeI of osteopathy, Looking for the objective”. International Congress of osteopathic Medecine.

3 Duval J.A. (2004). Techniques Ostéopathiques d'équilibre et d’Echanges Réciproques. Ed. SULLY.

4Engel R. A. (2006). Cranial state of mind.Thèse. Vienne: Donau-Universität Krems.

5 Becker R.D. (2001). Life in Motion. Ed. STILLNESS PRESS, p.143-145.

6 Magoun H.I. (1997). Osteopathy in the Cranial Field.

7 Basquin J. (2009). Comparaison de la discrimination palpatoire entre des ostéopathes, des étudiants ostéopathes et non ostéopathes. Mémoire. ESO. (non publié).76 pages.

8 Tricot P. (2005). Approche Tissulaire de l'Ostéopathie. Tome 2. Ed. SULLY. Vannes.

9 Damasio A. (1999). Le sentiment même de soi. Corps, Emotions, Conscience. Ed. ODILE JACOB. Paris.

10 Marchais P. (2007). La Conscience Humaine. Ed. L'HARMATTAN. Paris.

11 Tart C.T. (1990). Altered states of consciousness. Consciousness. Ed. TART. New York.

12 Grof S. (1999). The Consciousness Revolution: A Transatlantic Dialogue. Ed. SHAFTESBLTRY.

13 Tricot P. (2005). Approche tissulaire de l'ostéopathie. Tome 2. Ed. SULLY. Vannes.

14Fleck J.I., Green D.L., Stevenson J.L.. Jung-Beeman M. The transliminal brain at rest: baseline EEG, unusual experiences, and access to unconscious mental activity. PubMed.

15 Tart C.T. (1975). Altered states of consciousness. Ed. E.P. DUTTON & CO. New York.

16 Tansey M.A., Tansey J.A.. Tachiti K.H. Electroencephalographic cartography of consciouss states. PubMed.

17 Dictionnaire étymologique (2010). Larousse.

18 Ey H. (1963). La Conscience. Paris. P.LT.F. p. 41-42.

19Fell J., Axmacher N.. Haupt S. From alpha to gamma: electrophysiological correlates of meditation-related states of consciousness. PubMed.

20 Lutz A., Rawlings N., Ricard M„ Davidson R. J. Long-term meditator. PNAS.

21 Tansey M.A., Tansey J. A., Tachiti K.H. Electroencephalographic cartography of consciouss states. PubMed.

22 Davidson R.J., Lutz A., Brefczynski-Lewis J., Jonestone T. Regulation of the neural circuitry of emotion by compassion meditation: effects of meditative expertise. Plosone.

23 Dunn B.R., Hartigan J.A., Mikulas W.L. Concentration and mindfulness meditations: unique forms of consciousness. Pubmed.

24Faymonville M.E. (2003). Contribution à l’étude des corrélais cérébraux du processus hypnotique et de son effet modulateur sur la perception douloureuse. Deuxième partie. Thèse. (Non publiée). 109 pages, p.53.

25 Hilpert-Flory C. (2007). L'hypnose et ses applications thérapeutiques à l’enfant et l’adolescent. Thèse. Nancy: Université Henri Poincaré. (Non publiée).

26Stein D., Rousseau C., Lacroix L., Between innovation and tradition: the paradoxical relationship between EMDR and altered states of consciousness, Pubmed.

27 Apruzzese F. (2007). Approche somato-émotionnelle. Mémoire. ESO (Non publié). 173 pages.

28 Blanchet C, (2009). Chaire en approche intégrée en santé. Université Laval.

29 Forgeot B. (2006). Les sons binauraux, effets cliniques et neuropsychologiques: perspectives d'applications. Mémoire. Paris : Université Paris VIII. Recherche en psychologie clinique (Non publié).70 pages.

30 Glowezewski B. (1981). Le rêve et la terre : rapports au temps et à t'espace des Aborigènes australiens. Thèse. Paris : Paris VIII (publiée). 651 pages.

31 Nicholson S. (1991). Anthologie du chamanisme. Vers une conscience élargie de ta réalité. Ed. ROCHER. Paris

32 Polito V., Langdon R., Brown J. (2010). The experience of altered states of consciousness in shamanic ritual: the role ofpreexisting beliefs and effective factors. PubMed.

33 Voss J., Holzmann R., Tuin I., Hobson U. (2009). Lucid dreaming: a state of consciousness with features of both waking and non-lucid dreaming. PubMed.

34 Grof C., Grof S. (1993). A la recherche de soi. Ed ROCHER.

35 Duvuyst S. (2007). Classification automatique en stades du sommeil : extraction de caractéristiques et comparaison des principaux classificateurs. Rapport. Poly Tech Mons. 70 pages.

36Gardner H., Goleman D., Benson H., Thurman R. (1991). Mindscience. Ed.WISDOM PUBLICATIONS. Boston.

37 Damasio A., Hobson U. Churchland P.S., Judd L.L., Squire L.R. (2000). Le pouvoir de l'esprit. Entretien avec des scientifiques. Ed. FAYARD. Paris.

38 Damasio A., Hobson U. Churchland P.S., Judd L.L., Squire L.R. (2000).Le pouvoir de l’esprit. Entretien avec des scientifiques. Ed. FAYARD. Paris, p.54.

39 Stewart J. (2001). La conscience en tant que métaphore spatiale. Intellectica. p.93.

40 Bérubé C. (2008). Influence de l’intention du thérapeute sur les tissus du patient. Thèse. Collèges d'études ostéopathiques de Montréal. (Non publiée). 279 pages.

41Mason L.I., Alexander C.N., Travis F.T., Marsh G., Orme-Johnson D.W., Gackenbach J., Mason D.C., Rainforth M., Walton K..G. Electrophysiological correlates of higher states of consciousness during sleep in long-term practitioners of the Transcendental Meditation program. PubMed.


Table des matières

Sommaire
Introduction
1. Conscience et expérience consciente

1.1 définitions générales et philosophiques
1.2 Point de vue des sciences cognitives
1.3 Point de vue de la philosophie orientale

2. Données physiologiques, quantiques et phénoménologiques de la conscience

2.1 Neurophysiologie : modèle cognitif
2.2 Modèle holographique
2.3 Phénoménologie de la conscience

3. États modifiés de conscience

3.1 Le sommeil : de l'éveil au rêve
3.2 La méditation

4. Expérimentation : matériel

4.1 Recrutement
4.2 Type de population
4.3 Sélection
4.4 Description de techniques choisies
4.5 Matériel utilisé
4.6 Fiche de consentement

5. Méthode

5.1 Déroulement de la séance
5.2 Durée de l'expérimentation
5.3 Électroencéphalogramme
5.4 Interprétation du trace
5.5 Lecture d'un EEG

6. Résultats

6.1 Premier praticien
6.2 Deuxième praticien
6.3 Troisième praticien
6.4 Quatrième praticien
6.5 Cinquième praticien
6.6 Sixième praticien
6.7 Septième praticien

7. Discussion

7.1 Interprétation des résultats
7.2 Les sens en tant que communication : le toucher
7.3 Échange : une communication au service de son patient
7.4 Émotions positives dans la thérapeutique
7.5 Les diverses thérapies en EMC

8. Conclusion
Références bibliographiques
Ouvrages principaux
Articles de presse
Table des figures
Table des matières
Liste des annexes
Résumé