Approche tissulaire de l'ostéopathie

Alfred Russell Wallace

Russel-Wallace(1823-1913) Naturaliste, géographe, explorateur, anthropologue et biologiste britannique, co-découvreur, avec Charles Darwin, de la théorie de l'évolution par la sélection naturelle (Contributions to the Theory of Natural Selection – 1870).

Wallace fut également l'un des principaux penseurs évolutionnistes du XIXe siècle, contribuant au développement et à l’expansion de la théorie de l'évolution. Il est un des pères oubliés de la biologie moderne et l'un des premiers grands scientifiques à s'être inquiété des conséquences de l'activité humaine sur l'environnement, ce qui le fait considérer comme le « père de la biogéographie. »

Alfred Russel Wallace est né dans le village de Usk (Royaume-Uni) en 1823. Son père meurt quand il est encore très jeune et il est éduqué par son frère William En 1843, il est désigné comme professeur au collège de Leicester où il découvre la botanique. Deux ans plus tard, il monte une expédition qui explore l’Amérique du Sud, l’Amazone et le Rio Negro. Au retour, le bateau de Wallace fait naufrage et les échantillons collectés sont perdus. Heureusement, les passagers s’en sortent sans mal. Dans les douze mois qui suivent, il quitte l’Angleterre une nouvelle fois à destination de Singapour. Ce voyage qui durera huit ans le conduit à la formulation de sa théorie de la sélection naturelle (parallèlement à Darwin et sans connaître ses travaux) et fait de lui le père de la biogéographie.

La biogéographie

La biogéographie se définit comme étant l'étude et la compréhension de la répartition des organismes vivants à la lumière des facteurs et processus présents et passés. Pendant longtemps, la biogéographie est restée confinée à la description de la répartition des flores et des faunes, à la délimitation de vastes régions où la biodiversité est plus homogène et à l'étude des mécanismes de dispersion et de colonisation à l'échelle des continents. Elle s'opposait clairement à l'écologie traditionnelle, science des relations, qui s'attachait à comprendre les mécanismes et le fonctionnement d'entités biologiques beaucoup mieux définies comme les populations ou les assemblages d'espèces.

Depuis le début des années 1970, la biogéographie a largement évoluée pour s'intéresser à d'autres objectifs, l'ouvrant vers l'écologie et l'étude de l'évolution, en éclatant les échelles spatiales et temporelles traditionnelles. En effet, tous les mécanismes dit « écologiques » comme l'immigration, l'extinction, la colonisation, la compétition, ... sont directement liés à la structure géographique et sont responsables de la répartition géographique des êtres vivants.

Ainsi, les structures et les phénomènes observés à une échelle géographique donnée sont indissociables des structures et mécanismes mis en oeuvre aux échelles géographiques plus grandes. Cette nouvelle approche de la biogéographie implique que la répartition des êtres vivants est non seulement fonction des facteurs historiques, mais également de facteurs écologiques et biologiques.

D'autres domaines d'intérêt

Vivement intéressé par la phrénologie, Wallace expérimenta très tôt l'hypnose, alors connue sous la forme du mesmérisme. Dès 1865, il s'intéressa au spiritualisme. Après avoir examiné les écrits sur ce sujet et tenté d'évaluer les phénomènes dont il avait été le témoin pendant des séances, il en vint à accepter que la croyance correspondait à une réalité naturelle. Il demeura, tout au long de sa vie, convaincu que malgré le nombre d'accusations de fraudes et de preuves de supercherie apportées par les sceptiques, au moins quelques séances étaient authentiques. Sa défense du spiritualisme et sa croyance en une origine immatérielle pour les plus hautes facultés mentales de l'être humain mit à mal ses relations avec le monde scientifique, tout spécialement avec les précurseurs de l'évolutionnisme.

Oeuvres

Review of Principles of Geology (1869)
The Geographical Distribution of Animals (1876)
Land Nationalization its Necessity and its Aims (1882)
Darwinism (1889)
Vaccination a Delusion (1898)
My Life (1905)