De Datadock à Qualiopi

Comme vous le savez très certainement, pour que les stagiaires puissent prétendre à une prise en charge (au moins partielle) de leurs dépenses de formation, les établissements de formation doivent être certifiés par des organismes accrédités par le ministère du travail et de la formation.

Depuis 2017, nous étions sous la « juridiction » d’un processus de certification appelé Datadock, une base de données créée par les financeurs de formations en 2015 qui avait pour objectif initial de recenser les organismes de formation aptes à délivrer des formations de qualité. Pour nous faire « référencer Datadock », il nous a fallu déposer un dossier sur data-dock.fr, y créer notre propre compte et prouver notre capacité à respecter 6 critères qualité, déclinés en 21 indicateurs (je vous passe le détail).

Mais, à partir de janvier 2022, Datadock sera remplacée par une nouvelle certification, appelée Qualiopi.
Cette nouvelle certification qualité sera obligatoire pour tous les prestataires concourant au développement des compétences qui souhaitent accéder aux fonds publics et mutualisés (traduisez pour que leurs stagiaires puissent bénéficier des prises en charge FIF-PL).

Qualiopi est délivrée par des organismes certificateurs accrédités par le Comité français d’accréditation (Cofrac) sur la base du référentiel national qualité. weblink

La certification Qualiopi pour les prestations de formation professionnelle repose sur sept critères :

  1. Conditions d’information du public sur les prestations proposées, les délais pour y accéder et les résultats obtenus.
  2. Identification précise des objectifs des prestations proposées et l’adaptation de ces prestations aux publics bénéficiaires, lors de la conception des prestations.
  3. Adaptation aux publics bénéficiaires des prestations et des modalités d’accueil, d’accompagnement, de suivi et d’évaluation mises en œuvre.
  4. Adéquation des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement aux prestations mises en œuvre.
  5. Qualification et développement des connaissances et compétences des personnels chargés de mettre en œuvre les prestations.
  6. Inscription et investissement du prestataire dans son environnement professionnel.
  7. Recueil et prise en compte des appréciations et des réclamations formulées par les parties prenantes aux prestations délivrées.

Pour obtenir la certification Qualiopi, il nous a fallu suivre différentes étapes :

  1. Formuler une demande de certification auprès d’un organisme certificateur.
  2. Préparer un dossier prouvant que notre organisme de formation (ATO Formations) respecte les 7 critères.
  3. Nous soumettre à un audit initial (qui a eu lieu pour nous le 19 juillet), puis à un audit de surveillance à plus ou moins 18 mois et un audit de renouvellement au bout de 3 ans.

pdf_buttonSuite à l'audit de juillet, nous avons obtenu la qualification Qualiopi.

Cela étant, l’opération n’est pas anodine et se révèle non seulement particulièrement chronophage, mais également europhage et papivore, avant, pendant et après.

Quels avantages ?

Pour nous, aucun. Ces nouvelles mesures n’apportent absolument rien de fondamental ou d’essentiel à nos formations.
L'essentiel des points était déjà en place suite à la certification Datadock.
Elles nous imposent en revanche de nombreuses nouvelles contraintes prenant beaucoup de temps, le tout au détriment de ce qui essentiel : le temps passé à la pédagogie et à la pratique.

Le seul « intérêt » de cette opération est de permettre aux stagiaires de bénéficier d’une prise en charge FIF-PL.
Et c’est pour cette seule raison que nous avons accepté de nous y soumettre.

En revanche, des contraintes supplémentaires

En dehors des contraintes intéressant l'équipe pédagogique, il nous est imposé de démontrer que les stagiaires sont suivis tout au long de leur stage et de vérifier leurs acquis.

Ainsi, faut-il montrer (evidence based...) que les stagiaires ont bien suivi toutes les étapes de la formation. C'était évidemment déjà la cas...
À cet effet nous avons réalisé une feuille de progression qui permet de montrer que le stagiaire a suivi les différents temps de pratique et de théorie et éventuellement de recueillir ses remarques.

Nous avons également créé une feuille d’interrogation qu’il faudra recueillir auprès des stagiaires en fin de stage.

Qualiopi nous impose également un suivi post stage à 3 ou 6 mois.
Ne vous étonnez donc pas de recevoir un lien Internet vous demandant de participer à un sondage post stage.

Tout cela prendra forcément du temps qui sera pris sur les momens plus essentiels de pratique et de théorie qui sont vraiment au coeur de nos objectifs.

Nous sommes également tenus de fournir des statistiques relatives aux évaluations que les stagiaires remplissent à la fin du stage.
Désormais, les statistiques de stage sont visibles sur le site Internet de l'approche tissulaire (par exemple ici).

Tout cela manifeste un signe typique de notre époque : l'accent mis sur la forme et non pas sur le fond.
D'ailleurs, à aucun moment l'audit que nous avons suivi ne s'est intéressé au fond de ce que nous enseignons.
Mais qu'importe, pourvu que les apparences soient sauves...