Approche tissulaire de l'ostéopathie

Tenségrité

Index de l'article

Le chemin de l’approche tissulaire

La palpation a longtemps constitué pour moi l’obstacle majeur de mon avancée en ostéopathie. J’évoque ces difficultés et le chemin que j’ai pris pour les surmonter dans Disciples de Colomb, [4] en expliquant que tant que j’ai voulu sentir le mouvement des os crâniens tels qu’ils m’avaient été décrits selon leur modèle mécanique et surtout sans appui ou presque sur le crâne, je ne sentais rien. J’ai commencé à sentir quelque chose lorsque j’ai accepté d’abandonner le modèle des axes, de rentrer dans la densité et de m’accorder avec la tension des structures que je sentais sous la main. Sans le savoir (je ne connaissais pas le modèle), j’étais de plain-pied dans la tenségrité dont les deux éléments mécaniques clés sont justement la compression (densité pour nous) et la tension. C’est grâce à ces deux paramètres que j’ai pu me sortir de mes problèmes de palpation et que le système se mit, comme par miracle, à répondre, enfin !

« Enfin, j’ai découvert une chose étonnante : une fois l’accord avec l’état de densité d’une structure – fut-elle osseuse –, bien établi, on a la sensation de travailler avec du fluide ! Viola Frymann nous expliqua cela dans un cours sur la palpation : ‘ Comment pouvez-vous tester la maturité d'un fruit mûr ? Si la pression exercée par vos doigts excède la résistance opposée par les tissus du fruit, la chair du fruit sera meurtrie, creusée, en fonction de la force de la pression. Si, au contraire, les forces de résistance à la pression du fruit pas mûr excèdent la pression d'une main très timide, vous n'obtiendrez aucune connaissance sur la maturité du fruit. Vous ne serez renseigné sur sa maturité qu'en ajustant votre pression aux forces de résistance émanant du fruit, et vous ne l'abîmerez pas. ‘ (Frymann, 1963, 16-31) Au moment de l’accord entre notre appui et la résistance du fruit, nous avons une sensation de type fluidique » (Tricot, 2002, 22).

Aujourd'hui, afin d’éviter les confusions engendrées par l'utilisation du mot fluide ou fluidique, je substituerai plastique à fluide et plasticité à fluidité.