Unité corps-émotion : De la théorie à l’Ostéopathie

fbel photo2

Kévin GELLET

Andrew Taylor Still Academy, session de juin 2020
Mémoire de fin d'études ostéopathiques
Écrire à Kévin Gellet emailButton
Télécharger le texte complet pdf_button Télécharger le résumé et le plan pdf_button

Directeur de mémoire : Bruno GAY, ostéopathe D.O. MROF

Introduction

Depuis des années, nous avons eu l’opportunité de prendre en charge des patients tous différents, avec une pathologie qui leur est propre. Au-delà de la plainte exprimée et ressentie, les patients viennent avec leur contexte de vie. Au moment où ils franchissent la porte de nos cabinets, c’est tout leur bagage émotionnel qu’ils portent avec eux.
Combien de fois sommes-nous confrontés à des patients dont les pathologies persistent, malgré un traitement paraissant pourtant adapté, ou réapparaissent à certains moments ? Est-ce que tout se joue uniquement dans le corps ? Et si la dysfonction primaire à l’origine de nos douleurs, graal de notre philosophie, était parfois ailleurs ? Une prise de conscience ou un traitement de troubles émotionnels pourrait-il faire lâcher des tensions physiques ? Et si l’émotion peut agir sur le corps, le contraire est-il possible ? L’action de l’ostéopathe pourrait-elle alors soulager des troubles émotionnels ?
Les émotions conditionnent nos choix, notre mode de vie et même, de façon plus primaire, notre survie. De plus en plus, on parle de leur importance sur notre santé, néanmoins le lien entre le corps et l’esprit est encore un mystère pour la plupart d’entre nous.
Les études d’ostéopathie nous ont séduit par leur vision globale du corps. A la recherche d’une prise en charge toujours plus holistique, il nous est donc devenu naturel d’élargir notre regard, élargir encore cette vision qui importait tant à Andrew Taylor Still.
A l’heure où il n’a jamais autant été d’actualité de parler de troubles psychosomatiques, de stress, de burn-out, où la vie personnelle et en société est souvent mal vécue, nous avons voulu comprendre l’importance de l’impact émotionnel sur le corps, et comment il est possible de s’orienter vers une prise en charge somato-émotionnelle, a priori essentiel pour appréhender le patient dans sa globalité. Cela pour permettre de faire le lien entre un contexte émotionnel et un symptôme physique.
Au cours des dernières décennies, le rôle de l’émotion a repris une place de choix dans la compréhension de l’être humain dans son intégralité. Cela grâce à l’évolution de la recherche scientifique, les neurosciences, la physique quantique, la psychologie comportementale et transgénérationnelle, et l’avènement de spécialités comme l’épigénétique.
L’objectif de ce mémoire est donc de (re)découvrir le lien entre corps et émotions à travers l’évolution de la pensée et en tenant compte de l’actualisation des recherches scientifiques. Nous pourrons ainsi nous appuyer sur ces connaissances afin de bien comprendre quels sont les outils en notre possession tout au long d’une séance d’ostéopathie. Nous tenterons de vulgariser au maximum nos propos afin de fournir une base d’informations accessibles au plus grand nombre. En effet, il nous est important, dans un objectif de développement de notre profession, de pouvoir faire comprendre aux non thérapeutes les tenants et aboutissants du champ d’action de l’ostéopathe.
Nous aborderons ainsi ce mémoire en deux temps.
Dans un premier temps, centré sur la théorie, nous commencerons par définir un certain nombre de termes clé ainsi que le contexte historique de notre sujet (chapitre 1), nous présenterons l’apport des neurosciences pour comprendre comment naissent les émotions (chapitre 2), puis nous aborderons la transmission de ces dernières à travers le corps (chapitre 3). Cela nous aidera à expliquer pourquoi nous parlons d’unité corps-émotion, et ainsi redonner une intégrité à celle – ci (chapitre 4).
Dans un deuxième temps, nous mettrons en évidence le cadre optimal d’une séance d’ostéopathie (chapitre 5). Nous aborderons enfin l’action de la main du thérapeute, la prise en charge ostéopathique d’un traumatisme émotionnel, ainsi que l’apport des connaissances des mécanismes émotionnels pour traiter un symptôme physique (chapitre 6).

Table des matières

Introduction

1. L'émotion, le corps

1.1. Définitions liées à l'émotion

1.1.1. Emotion et sentiment
1.1.2. Humeur et tempérament
1.1.3. Esprit
1.1.4. Stress

1.2. Le corps à travers l'Histoire de la Médecine

1.2.1. De l'Antiquité aux Lumières
1.2.2. Descartes et l'évolution de la pensée moderne

2. La naissance des émotions : étude des neurosciences

2.1. Du système limbique aux cerveaux émotionnels
2.2. Conception actuelle

2.2.1. Stimulus émotionnellement compétent
2.2.2. Site de déclenchement des émotions : amygdale et cortex préfrontal
2.2.3. Site d'exécution : base du précortex, hypothalamus et noyaux du tronc cérébral
2.2.4. Le noyau accumbens, « centre du plaisir »

2.3. Le système nerveux entérique : Un « deuxième cerveau » émotionnel

3. La transmission des émotions à travers le corps

3.1. Transmission « rapide et brève » au corps : le système neuro-végétatif

3.1.1. Système nerveux orthosympathique
3.1.2. Système nerveux parasympathique

3.2. Transmission « lente et durable » au corps : le système endocrinien

3.2.1. Les différents axes
3.2.2. Les principales hormones de l'émotion

3.2.2.1. Hormones du bien-être
3.2.2.1.1. L'ocytocine
3.2.2.1.2. La dopamine

3.2.2.2. Hormones du stress

3.2.2.2.1. Adrénaline
3.2.2.2.2. Cortisol

3.3. Les molécules de l'émotion : neuropeptides et système immunitaire

4. Rétablir le rôle de l'unité corps-émotion

4.1. Mécanisme de survie, adaptation et évolution

4.1.1. L'émotion au service de la survie

4.1.1.1. Mécanismes de survie : croissance et défense
4.1.1.2. La lutte, la fuite et l'inhibition de l'action
4.1.1.3. Le stress chez l'Homme
4.1.1.4. Des conséquences sur la santé

4.1.2. Le conditionnement et ses conséquences sur l'immunité
4.1.3. Psychogénéalogie et transgénérationnel : les transmissions familiales de traumatismes
4.1.4. Epigénétique: transmission de l'expérience et évolution

4.2. La mémoire

4.2.1. La mémoire pour s'adapter à l'environnement
4.2.2. La mémoire cellulaire
4.2.3. La mémoire tissulaire ou mémoire des fascias
4.2.4. La mémoire du corps

4.3. Lieu d'interaction corps-esprit : approche biochimique et quantique

4.3.1. Approche de la physique quantique
4.3.2. L'hypothèse des micro-sites, ou le lieu d'interaction entre corps et esprit

4.4. Stress et métaphores dans le langage courant

5. Autour du traitement : relation et communication thérapeutique

5.1. Environnement
5.2. Présence, attention et intention du thérapeute
5.3. Communication

5.3.1. Les deux niveaux de conscience : critique et hypnotique
5.3.2. Les différents modes de communication

5.3.2.1. Le langage non verbal
5.3.2.2. Le langage para-verbal
5.3.2.3. Le langage verbal

5.3.3. Instaurer une communication thérapeutique

5.4. Effet placebo

5.4.1. Les attentes du patient
5.4.2. Le conditionnement du patient
5.4.3. Les effets curatifs du thérapeute : attitude positive et empathie

6. Au sein du traitement : approche ostéopathique et apport des connaissances

6.1. Comprendre l'action de la main du praticien

6.1.1. Un toucher biochimique
6.1.2. Un toucher quantique

6.2. Approche ostéopathique de l'émotion

6.2.1. Approche neurologique : cranio-encéphalique, cranio-sacrée et neuro-végétative
6.2.2. Approche viscérale
6.2.3. Approche tissulaire et somato-émotionnelle

6.2.3.1. Approche tissulaire
6.2.3.2. Dialogue avec les tissus

6.3. Apport de la connaissance des mécanismes émotionnels à l'ostéopathie : théorie du sens biologique des symptômes

6.3.1. Un peu d'Histoire
6.3.2. Décryptage du sens biologique

6.3.2.1. Notion de conflit biologique
6.3.2.2. L'évolution en deux phases