Anaïs, Anaïs ! - Cherchons à comprendre

Index de l'article

Cherchons à comprendre

Maintenant, essayons de comprendre comment un tel agissement est possible ? Là, j’ai franchement du mal. Je vois plusieurs explications. La première est celle d’un jeu, que l’on joue parce qu’on le trouve rigolo, sans en mesurer les conséquences et les implications, ou le résultat d’un pari peut-être ? Pari du style « T’es pas cap... » Cela est assez typique de l’immaturité de la jeunesse et pourrait à soi seul nous faire regretter d’avoir mis l’ostéopathie entre des mains si inconséquentes...

La seconde, c’est l’ignorance de ce qu’est l’éthique, dont je parlais plus haut. Il se peut que tes parents n’aient pas vécu ces valeurs et donc ne te les aient pas transmises. Il se peut aussi qu’ils aient essayé de les vivre et de te les transmettre, mais que tu ne les aies pas reconnues comme valides, soit parce que venant de « vieux » donc, ringardes, soit parce que l’observation du monde dans lequel nous vivons semble montrer que les plus grandes réussites apparentes s’en affranchissent allégrement, ce qui peut, évidemment, laisser penser qu’elles sont sans valeur réelle. Nous vivons en effet un monde particulièrement hypocrite dans lequel seules comptent les apparences et une fois que celles-ci sont sauves, peu importe le reste.

Une autre raison, ce peut être le besoin (peut-être vital) de se procurer des patients. J’ai aujourd’hui le retour de jeunes praticiens débutants qui ont bien du mal à démarrer leur clientèle. Les choses ne se passent souvent pas comme ils les ont rêvées ou comme on leur a fait croire : « tu poses ta plaque et les gens viennent en foule voir le génie fraîchement installé. » Alors lorsque la plaque est posée et que les gens ne viennent pas, on cherche des solutions pour les faire venir. Une solution consiste à augmenter la taille de la plaque. Cela peut aller jusqu'au panneau publicitaire clignotant. Certains l'ont fait. Ta solution est autre, inhabituelle et franchement incongrue, mais c’en est une. Ta page Internet dit que 16 personnes ont répondu. Bravo ! Voilà au moins de quoi vivre une petite semaine (petite tout de même, parce qu’à 25 € la séance, on ne peut espérer vivre sur un grand pied...). La BM et l’Audi sont encore loin...

Bon, et après ? T’as-t-on seulement dit que le seul véritable moyen de se procurer des patients, c’est d’être efficace ? Que la seule véritable publicité dans nos professions, c’est essentiellement le bouche-à-oreille qui permettra la propagation de l’information concernant ta compétence ? Et que cela demande du temps ? D’autant plus de temps que l’on s’installe dans une grande ville, où les gens ne se parlent plus guère...

Peut-être es-tu acculée par un emprunt à rembourser... Je comprends que tout cela ne soit ni simple, ni facile, en tout cas pas aussi facile que certains se sont plus à te le faire croire. C’est facile de promettre la lune pour recruter du client... D’autant plus facile que ledit client est jeune et inexpérimenté. Mais comme dit le proverbe lyonnais, « les conseilleux ne sont pas les payeux. »