Francis Peyralade (1928-2013) - Un sacré bilan

Index de l'article

Un sacré bilan

Ces dernières années ont été pour toi difficiles, aussi bien au niveau de la santé qu’à cause de décès et de maladies de proches. Tu étais aussi devenu bien aigre en voyant ce qu’il se passait au niveau de notre profession livrée, disais-tu « aux marchands du temple. » Tu déplorais âprement que les instances professionnelles, à la recherche de reconnaissance, aient délibérément orienté la profession en privilégiant des critères socio-professionnels, voir financiers, et laissé tomber en désuétude les valeurs fondamentales de l’ostéopathie, (les fondements, la philosophie, la spiritualité aussi). Tu as également déploré l’orientation vers le système médico-scientifique actuel que tu considérais comme inadapté à l’ostéopathie et pour elle castrateur. Nous avons eu à ce propos des discussions parfois épiques. Fallait-il ou non, malgré les désaccords, continuer à participer... Outre nos discussions téléphoniques ou épistolaires, je me rappelle quelques repas pris en commun au petit restaurant chinois de Charenton où nous nous retrouvions parfois lorsque je passais de voir à l’occasion d’une de mes venues en région parisienne...

Te voilà aujourd’hui parti retrouver le royaume des êtres, notre véritable patrie. Malgré la séparation, je ne me sens pas triste. Je sais depuis longtemps qu’il ne faut pas confondre l’événement qui se produit et les sentiments qu’il éveille chez celui qui le vit. De plus, ton départ est l’aboutissement logique de toute vie terrestre et la tienne a été, sur bien des points, particulièrement accomplie. Grâce à ton action de praticien, mais également d’enseignant, combien de patients (notamment des enfants) ont pu se tirer de mauvais pas ou avoir une vie bien meilleure ? Combien de praticiens ont pu, directement ou indirectement, bénéficier de tes actions d’enseignant ? Outre la reconnaissance de ce que nous te devons, il me semble que la meilleure justice que nous puissions te rendre, c’est de perpétuer dans notre pratique d’enseignants, de praticiens et d’humains les valeurs fondamentales de l’ostéopathie auxquelles tu étais tellement attaché : les valeurs avancées par Still, bien sûr, mais aussi des qualités de bienveillance, de service à autrui, de discrétion et de courage face à l’adversité, la capacité aussi à se transcender pour se mettre au service d’une cause qui nous dépasse. En fait, des qualités fondamentalement humaines qui sont, hélas, devenues bien rares aujourd'hui, même dans le milieu ostéopathique, ce qui est un comble !

FP 02

Je suis désolé, Francis, parce que je constate avoir finalement beaucoup parlé de moi. Ce n’était pas l’objectif, mais était-il possible de faire autrement, puisque ce que je voulais exprimer est issu du vécu personnel de notre relation. Comme de toute relation sont issues des choses très concrètes, mais également d’autres très subtiles, impalpables, subliminales, qui font, dit-on, 95 % de la relation, mais qui sont par nature subjectives... Je ne pouvais donc honnêtement parler que de mon propre vécu. Je sais pourtant que d’autres que moi t’ont côtoyé, qui ont aussi été aidés directement ou indirectement par ce contact. Tous n’ont pas su reconnaître l’aide qu’ils ont reçue ou pas su te communiquer leur reconnaissance. Je sais que tu en as quelque peu souffert. Alors, aujourd’hui, en mon nom et en leur nom, reçois de la part de toutes celles et de tous ceux pour qui tu as été un guide et une aide, un grand merci !

pdf button Interview de Fancis Peyralade réalisée par François Bel pour la revue Apostill n° 3 de février 1999, pp. 10-19.


1 Pour un patient global, un praticien global, article paru dans The Journal of Holistic Medicine, Vol. 2, N° 1 Spring/Summer 1980 – Qu'y a-t-il dans un nom ? Article paru dans le Year Book de l'A.O.A., 1972 – Le développement du concept ostéopathique étendu Yearbook of A.A.O. 1972 – La responsabilité du praticien envers l'homme Yearbook of A.A.O. 1968
3 Voir la conférence de Sutherland intitulée Des connaissances plutôt que de l’information, in Enseignements dans la science de l’ostéopathie, SCTF-SATAS, Bruxelles, 2002, pp. 3-11. À télécharger également sur le site de l’approche tissulaire sous le titre La connaissance plutôt que l'information.
4 Voir revue Apostill n°7, Automne 2000 « L’ostéopathie à l’étude à l’Académie des Sciences de Russie », pp. 5-31.